Enghien-les-Bains (95)

MAIRIE

Informations sur la commune

QUELQUES CHIFFRES

1,77 km²

11 413 habitants (2015) insee

La Police Municipale

Effectif théorique : source site Mairie

31 Agents de police municipale
10 Agents de surveillance de la voie publique

Arme létale
(revolver Manurhin)

Matraque télescopique
Gaz lacrymogène

13 Place du Maréchal Foch, 95880 Enghien-les-Bains

01 34 12 77 00

Site Mairie rubrique « Police Municipale »

Police Municipale d'Enghien-les-Bains

Le Maire

Source : Site internet de la Ville

Philippe Sueur

Élu depuis 1989

Enghien-les-Bains
(SOURCE : WIKIPÉDIA)

Enghien-les-Bains est une commune française située dans le département du Val-d’Oise, en région Île-de-France.

Elle se situe à onze kilomètres au nord de Paris.

Commune créée en 1850, unique station thermale d’Île-de-France, avec son lac et son casino, le premier de France en chiffre d’affaires et le seul à moins de cent kilomètres de la capitale, cette ville au caractère résidentiel et commercial affirmé occupe une place à part dans la banlieue nord de Paris.

Description

Enghien-les-Bains se situe au débouché méridional de la vallée de Montmorency aujourd’hui largement urbanisée (300 000 habitants), au point où la vallée se resserre entre deux buttes-témoins : la butte d’Orgemont au sud, et la butte portant la ville de Montmorency au nord. Ce resserrement a provoqué la concentration des rus s’échappant de la forêt de Montmorency et des buttes du Parisis pour donner naissance au lac d’Enghien, à l’origine de la commune.

La ville est limitrophe de : Montmorency, Deuil-la-Barre, Saint-Gratien et Soisy-sous-Montmorency dans le département du Val-d’Oise et Épinay-sur-Seine dans le département voisin de la Seine-Saint-Denis.

 

La surface communale n’est que de 177 ha, dont 43 ha de lac. L’habitat pavillonnaire est prédominant à Enghien-les-Bains, occupant 49,8 % de la surface communale. Cet habitat est en grande partie constitué de propriétés bourgeoises du XIXe siècle, en particulier sur les rives du lac et boulevard Cotte, et plus rarement, de villas contemporaines. Il entoure un centre-ville axé sur la rue commerçante du Général-de-Gaulle et la voie ferrée Paris-Gare du Nord – Pontoise, constitué d’un habitat collectif de petite ou moyenne dimension (immeubles de quatre à cinq étages le plus souvent) et d’un habitat continu bas de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. La ville ne comporte pas de quartiers officiellement délimités au caractère propre vu sa petite dimension, ni de zone d’activité, sa vocation restant depuis sa création en 1850 essentiellement résidentielle et commerciale. Enghien ne possède pas non plus de grands collectifs ni de grands ensembles.

Voies de communication et transports

Réseau routier

La commune est traversée en son centre par la RD 311 (Argenteuil – Sarcelles) et ‘tangentée’ au nord par la RD 928 (Saint-Denis-Hérouville) qui forme la limite communale avec Montmorency. Ces deux axes routiers ont un trafic moyen essentiellement local, mais rendu difficile en heures de pointe par le nombre limité de voies (deux voies urbaines avec stationnement latéral) et par la traversée en sens unique du centre d’Enghien-les-Bains pour la RD 311.

Ces deux voies routières entrainent une pollution sonore notable selon la réglementation. Les principales voies routières sont classées de catégorie 3 (rue du Général-de-Gaulle entre l’avenue de Ceinture et la limite d’Épinay-sur-Seine, rue de Malleville en centre-ville, avenue de la Division-Leclerc) ou 4 (avenue de Ceinture, avenue d’Enghien, rues du Départ et de l’Arrivée, avenues Beauséjour et Carlier), de niveau modéré.

En revanche deux voies sont classées de catégorie 2 (élevée). La première est la rue du Général-de-Gaulle en centre-ville, entre l’avenue de Ceinture et l’avenue de la Division-Leclerc (RD 928). La seconde est la voie ferrée Paris-Pontoise qui traverse la commune. L’impact sonore de cette dernière reste pourtant modéré vu le trafic exclusivement de banlieue (aucun train de grandes lignes ni de marchandises en situation normale).

Enghien possède une petite zone piétonne aménagée en centre-ville ainsi que la ZAC Robert-Schuman au début des années 1990. Cette zone est baptisée le « village d’Enghien ». La ville comporte une piste cyclable, aménagée le long du boulevard du Lac. La continuité progressive de cet aménagement est prévue des rives du lac à la forêt de Montmorency sur sept kilomètres, à travers les communes de Soisy-sous-Montmorency, Eaubonne et Montlignon.

Contrairement à la plupart des villes qui se sont développées autour d’un noyau ancien, Enghien, pure création du XIXe siècle s’est développée différemment. Deux axes de communication orthogonaux et rectilignes sont la trame de la ville : la route d’Argenteuil à Montmorency, longeant le barrage du lac, et la voie ferrée de la compagnie des chemins de fer du Nord, tracée en 1846. La voirie de la future commune prennent ces deux axes comme axes principaux. Et au contraire de la plupart des villes agglomérées autour de leur église, Enghien s’est développée à partir de son activité thermale.

Transports en commun

La gare d’Enghien-les-Bains.

 

Enghien-les-Bains possède deux gares sur son territoire, actuellement desservies par le Transilien Paris-Nord, branches Paris-Gare du Nord — Pontoise/Persan-Beaumont. La gare d’Enghien-les-Bains est desservie à raison d’un train omnibus au quart d’heure en heures creuses et par huit trains par heure en heures de pointe (quatre trains semi-directs et quatre directs). Il faut de neuf à quinze minutes de trajet de la gare du Nord.

La gare de La Barre – Ormesson, située à Deuil-la-Barre en limite sud-est de la commune d’Enghien-les-Bains, est desservie à raison d’un train omnibus au quart d’heure en heures creuses et huit en heures de pointes : quatre directs gare du Nord et quatre omnibus desservant Épinay—Villetaneuse et Saint-Denis.

La ville possède également une importante gare routière, qui en fait un point de convergence dans la vallée de Montmorency. Elle est desservie par les lignes de bus 254 et 256 du réseau de bus RATP ainsi que par les réseaux R’Bus avec la ligne 7 et Valmy avec les lignes 11, 13, 14, 15 et 16. La gare routière est également desservie la nuit par la ligne N51 du réseau Noctilien.

La gare d’Enghien-les-Bains était fréquentée quotidiennement en 1994 par 9 500 usagers auxquels il faut ajouter les 4 500 voyageurs du seul réseau de bus TVO. Ce chiffre se situait entre 7 500 et 15 000 en 2002 selon les comptages du STIF.

La commune est facilement accessible de l’autoroute A 15, à trois kilomètres, et se situe à moins de quinze minutes des portes de Paris par la route.